En décidant de proposer aux investisseurs et concepteurs du monde entier, dans le cadre de « Reinventing Cities », la réalisation de trois passerelles habitées sur la Seine, la Ville de Paris relance le débat sur une version contemporaine des ponts habités.

L’initiative interroge, est-ce un coup de plus de communication, pourquoi dans  Paris alors que Paris a le record mondial de ponts et que dès qu’on franchit le périphérique il faut faire 4 km pour trouver un franchissement du fleuve, pour quels usages, quelles sont les conséquences urbaines d’un modèle économique de construction sur fonds privés d’un ouvrage d’art qui devra fort probablement construire les berges pour amortir son projet, quelle insertion dans l’exceptionnel paysage du fleuve dans Paris ?

La première phase de la compétition vient de s’achever, des groupements ont déposé leurs dossiers, la Mairie devrait prochainement rendre publique la sélection pour la seconde phase en attendant  la remise fin 2018 des projets.

En tout état de cause nous soutenons le principe dans Paris de non construction de bâtiments sur les berges basses et hautes du fleuve, dans ce qui désormais s’appelle le « parc de Seine ».  Règlementairement il faut clarifier les incohérences qui persistent sur ce point dans le PLU de Paris.

 

Continuez de signer la pétition sur le site « Pétition 24 : https://www.petitions24.net/la_seine_nest_pas_a_vendre#form

 

Restons vigilants !